dimanche 22 janvier 2006
La plus belle manifestation de la conscience, c’est l’amour. L’amour c’est quoi ?

L’amour, c’est regarder en comprenant ce que nous sommes. Je ne suis que poussière, et je suis constitué des carottes, des ignames que ma mère a mangés en me concevant. Et pendant que je continue de manger, mes cellules se remplacent, si j’arrête de manger, je retourne aussitôt à la poussière. Je suis fait de bouts de carottes, de patates douces, de viandes et de poissons qui permettent à ma conscience de continuer à s’exprimer. Je ne suis rien d’autre que de la poussière. Et qu’y a t-il en face de moi ? Il y a de la poussière, inconsciente, stupide et tout d'un coup, je vois des êtres humains qui sont comme moi, quelle que soit la couleur de leur peau. C’est absolument insignifiant un être humain, c’est un petit bout de poussière qui comme moi, en même temps que moi, sur la même planète, au même moment, au bon endroit et ensemble, un petit morceau de l’infini qui prend conscience de lui-même. Il va mourir pourtant, peut-être dans une minute. Car on ne sait pas quand votre cœur va s’arrêter ; peut-être je vais mourir à la fin de ma phrase (…). Alors regardez votre voisin tout de suite avec la conscience qu’il va peut être mourir dans une minute. Regardez ! Combien d’entre vous ont perdu leur père, leur frère, leur mère, leurs enfants, dans les guerres que vous avez connues, ou par accident et qui se disent après : j’aurai pu lui donner un peu plus d’amour, j’aurai pu lui parler, j'aurais dû … Eh oui c’est trop tard, c’est fini, il est dans la moquette ; il est dans les poussières. Faites-le pendant que vous êtes vivants. Alors, quand on comprend à quel point cette vie, cette conscience est fragile, fugace, on ne peut plus faire la guerre, on ne peut plus s’entretuer, c’est trop peu de temps la vie !
dimanche 22 janvier 2006
J’ai un grand projet et Brigitte est avec moi pour voir comment le concrétiser. J’aimerais créer une cité des sciences ici, la première cité des sciences africaine, qui s’appellerait “ Scientopolis �?, où il y aurait un laboratoire de clonage que tous les pays soit disant évolués condamnent pour des raisons éthiques….

J’espère vraiment que cela se fera dans un pays africain. On y produira des aliments génétiquement modifiés, des plantes génétiquement modifiées qui permettront de nourrir tout le monde. Cela multipliera les productions industrielles agricoles par 10, par 100, par 1.000, car on peut produire des aliments qui donnent 1.000 fois plus de rendement à l’hectare par des modifications génétiques. C’est faisable, c’est possible ; on peut faire des bananes grosses comme la cuisse et qui ont 10 fois meilleur goût. On peut faire des noix de coco grosses comme des citrouilles ! Il n’y a pas de citrouilles ici. Il faut que je trouve une autre image. On peut faire des cocotiers où les noix de coco seraient plus basses que notre tête, ce serait moins dangereux quand on fait la sieste. On peut faire du gazon qu’on n’a pas besoin de tondre, si on programme, ça pousse pour qu’elle s’arrête à une certaine hauteur. On peut tout faire. On peut devenir des ELOHIM, on peut devenir des dieux. Tout est possible.
Aller à la page ««  56 57 58 59 60 

Download FREE e-BOOKS of RAEL