mercredi 29 février 2012
“La décision du conseil des Ministres du 29 Février 2012 prise au titre du Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS), de dissoudre le Parti pour l’Indépendance de Kama-Fédération des Royaumes Unis de Kama- Burkina Faso (PIK-FERUKA-BF) est scandaleuse, discriminatoire et anticonstitutionnelle” déclare Ditalamane HEBIE, président dudit parti.

“Les raisons évoquées par le conseil pour prononcer la dissolution du parti à savoir « pour non-respect des dispositions de l’article 13 alinéa 5 de la constitution du Burkina Faso qui proscrivent les partis et formations politiques confessionnels et en application des dispositions de l’article 4 de la loi n°032-2001/AN du 29 novembre 2001 portant Charte des partis politiques» sont totalement injustifiées car en aucun cas nous n’avons enfreint à ces dispositions, comme l’attestent nos statuts et règlement intérieur”, a poursuivi Mr. Hebie.

Pour mémoire, c’est sur la base du respect de toutes les dispositions de la Constitution et des lois portant sur les partis et formations politiques que le parti avait été officiellement reconnu en conseil de Ministres il y a plus d’un an (cf. récépissé n° 2010 -90/MATD/SG/DGLPAP/DAPCR, du 27 Août 2010).
mardi 28 juin 2011

Question: Un sondage est organisé en Italie cette semaine pour inviter les Italiens à voter pour que l’Italie garde ou non son programme de centrales nucléaires. Le Guide National italien, Marco, a demandé au Maitreya s’il est juste ou non de voter dans un tel cas.

Réponse du Maitreya:
« Les Messages sont très clairs et disent que nous ne devrions pas voter, mais seulement lorsque le vote consiste à élire ceux qui nous gouvernent; c’est-à-dire, tous ces politiciens corrompus qui ne peuvent offrir aucune garantie d’intelligence.

Mais un référendum populaire est une affaire différente, car on pose une question sociale qui concerne l’avenir de l’humanité. Considérant également l’urgence de protéger l’humanité, il faut aussi considérer la situation comme une exception et voter contre les actuelles centrales nucléaires.
La question posée dans ce référendum italien est mal formulée. Il est possible de construire des centrales nucléaires qui ne sont pas dangereuses, mais celles construites avec la technologie actuelle sont dangereuses; toutes sauf les nouveaux modèles désormais construits par les Chinois et qui ne semblent pas faire partie du référendum. Donc, dans un tel cas, il faut absolument voter contre les centrales nucléaires, car le référendum n’offre aucune option plus sécuritaire.
En règle générale, nous devrions voter à tous les référendums qui traitent de questions sociales et de choix pour l’avenir; tant qu’ils n’ont rien à voir avec l’élection d’hommes politiques ou avec leur maintien au pouvoir. »


None
Aller à la page ««  2 3 4 5 6  »»

Download FREE e-BOOKS of RAEL